« J’ai rêvé l’autre soir d’îles plus vertes que le songe » écrivait Saint-John Perse en pensant à la Guadeloupe où «tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté ».
Nous l’avons apprécié lors de notre périple, et je dirais vulgairement aujourd’hui : « quel pied ! ». Quelle fantastique chevauchée à travers cette montagne extraordinaire traversée en 4 jours désormais inoubliables !
Mais quel dommage que notre chevauchée puisse être ternie par l’état lamentable de certaines portions de ce GRG1 ou Trace des Alizées que certains ont voulu détruire et que tous les autres ont laissé détruire !

Car le sentier que nous avons suivi depuis Vieux-Fort jusqu’à Sainte-Rose n’est autre qu’une succession de traces qui existent individuellement et pour certaines depuis très longtemps, telles la Soufrière, la trace Victor Hugues, la trace des Contrebandiers, plus de 150 ans, chemins et passages de légendes, sans compter la trace des Crêtes, la Carmichaël, Karukéra, vieilles aussi de 50 à 100 ans au moins ! Traces de proximité, de pénétration, des nègs marrons, des habituées… Reliées entre elles grâce à la jonction de Morne Norès à Piton Bouillante, tout de même réalisée en 1981. Un réseau extraordinaire de traces, chemins et sentiers que beaucoup pouvaient nous envier, entretenu de manière parfaite depuis 1970 et pendant 20 ans, si bien qu’on a voulu lui donner un label pour l’ouvrir au monde : GRG1 ou sentier de grande randonnée. Brutalement abandonné, décrié, avec une volonté farouche pour certain et un laxisme coupable pour tous les autres.

Aujourd’hui, 3 zones ont été franchies par notre groupe de randonneurs volontaires, du sud au nord :

1 . les Monts Caraïbes, agréablement traversés grâce à un entretien léger pratiqué par les associations.

2 . la partie centrale, depuis la Karukéra jusqu’à 3 Crêtes, un calvaire à cause des herbes et de l’envahissement par une végétation de 10 années, des crevasses, des pièges de toutes sortes générés par cet abandon coupable de la zone centrale du Parc National de Guadeloupe.

3 . une fois passée la route des Mamelles, nous voilà réconciliés avec la randonnée en forêt tropicale : des traces ouvertes, balisées, propres, un plaisir total, accentué à mesure de la progressions vers la pointe extrême nord de la Guadeloupe !

Que faut-il faire pour reconquérir notre patrimoine randonnée ? Que chacun remplisse son rôle, en concertation avec les autres : Conseil Général, Office du Tourisme de Guadeloupe, ONF, PNG, Jeunesse et Sports, Associations, Comité Guadeloupéen de Randonnée Pédestre.
Il y a du pain sur la planche, des herbes à couper sur les traces, rassemblons les bonnes volontés et prenons nos responsabilités. La Guadeloupe n’est-elle pas dessinée pour la randonnée ? Nous le prouvons chaque jour !

Nous venons de terminer la mise en ligne de notre compte rendu en photos de l’ensemble des étapes de la Trace des Alizés.
Voir les photos de l’ensemble des étapes de la Trace des Alizés à cette adresse :
http://zoom.guadeloupe.free.fr/

Encore bravo à tous les participants de ces 4 jours !

Gérard BERRY, vice-président du CGRP, Président de l’OGMC, coordinateur participant de cette formidable épopée. Auteur des « Plus Belles Balades ».