La préservation des zones humides littorales est essentielle au maintien de la biodiversité. Le rôle physique de la mangrove n’est plus à démontrer, dans la protection des berges, des activités humaines, de la vie des populations…

Et pourtant, cette zone à haute valeur ajoutée a failli disparaître, au profit d’une des activités économiques les plus polluantes qui soit ! Venue d’ailleurs, la Black Diamond Pétroleum (Iles Vierges, 1989) projette d’installer une raffinerie de pétrole et un port en eau profonde à la Pointe d’Antigue, en plein cœur des marais et du Grand Cul de Sac Marin (classé Réserve Naturelle depuis 1987 et désigné site Ramsar en 1993).

Un savant mélange de palétuviers et de forêt sèche, de champs de canne à sucre et de prairies nourricières pour bovins producteurs de viande, d’activités rurales, de terrains de chasse très prisés, de pêche aux crabes, tilapias et autres mulets savoureux, nurseries pour oiseaux de passage ou sédentaires. Plages de sable blanc marié à une eau chaude et turquoise d’une rare transparence, sentiers de promenade et de randonnée rendant accessible un patrimoine d’une richesse et d’une diversité qu’on ne présente plus.

Les Marais de Port-LouisLes Marais de Port-Louis

Cet écosystème fragile devait disparaître pour céder la place à une production de 150 000 barils de pétrole par jour, soit 7.5 millions de tonnes par an, avec le risque non négligeable d’une pollution marine du Grand Cul de Sac Marin (2 085 hectares de mer territoriale et 1 622 hectares d’étendues marécageuses littorales).

La détermination de la municipalité, de la population et des associations de défense du patrimoine naturel, a permis la suspension du projet.

Pour pérenniser la protection des marais Nord, le Conservatoire du Littoral, à la demande de la municipalité, a acquis 180 ha de terrains exondés, en continuité de la FDL protégée par l’ONF. Les marais sont aujourd’hui aménagés, offrant un accueil de qualité aux visiteurs. A terme, les zones humides devraient être confiées au CELRL, au même titre que les espaces naturels des 50 PAS géométriques, transmis en gestion dans le cadre de la Loi de 1996. Ainsi, les Marais Nord sont définitivement sauvés du pétrole !

Les Marais de Port-LouisLes Marais de Port-Louis

Les Marais du sud de Port-Louis ont également fait l’objet, en 1999-2000 (10 ans après) d’un projet de Centrale Thermique, entre Pointe Gris-Gris et Ravine de la Vidange. Il n’a pu voir le jour, grâce à la détermination locale renouvelée du maire et des associations. Les marais du sud ainsi que la Réserve Naturelle du Grand Cul de Sac Marin sont sauvés du charbon.

Les Guadeloupéens sont de plus en plus nombreux à exiger la préservation d’un cadre de vie et d’un environnement exceptionnel dont la fragilité n’est plus à démontrer, tout en reconnaissant le bien-fondé du développement économique.

Un article du Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres à lire dans la lettre d'information Guadeloupe Littoral.