Accueil du site de l'organisation des guides de montagne de la caraïbe - archipel de la guadeloupe Information sur l'organisation des guides de montagne de la caraïbe - archipel de la guadeloupe Formules de randonnées proposées par l'organisation des guides de montagne de la caraïbe - archipel de la guadeloupe Quelques références de l'organisation des guides de montagne de la caraïbe - archipel de la guadeloupe L'organisation des guides de montagne de la caraïbe vous présente l'archipel de la guadeloupe Contactez l'organisation des guides de montagne de la caraïbe - archipel de la guadeloupe Carte du site de l'organisation des guides de montagne de la caraïbe - archipel de la guadeloupe
Végétations de la guadeloupe - forêt dense et climat tropical


Accueil > Archipel > Deux grandes familles d’éruption
 
Avec l'ogmc, découvrez la guadeloupe en toute sécurité    
     

 Deux grandes familles d’éruption



Les volcanologues distinguent traditionnellement deux familles d'éruption : les éruptions explosives et Les coulées de lave. La première famille regroupe elle-même six types d'éruption bien différenciées mais chaque volcan a un comportement qui lui est propre, puisque son histoire détermine les dimensions et l'état mécanique de son édifice.

Éruptions «explosives»

Le terme « explosif » est impropre parce que ces éruptions sont en régime permanent, c'est-à-dire que leurs caractéristiques n'évoluent pas significativement pendant le temps où le magma monte depuis le réservoir jusqu'à la surface (quelques dizaines de minutes au plus). Dans ces éruptions, le magma est pulvérisé en fragments de tailles diverses portés par un jet de gaz. Ces éruptions sont violentes et ont des débits qui peuvent atteindre le milliard de kilogrammes par seconde.

Éruptions pliniennes

Le mélange de cendres et de gaz volcaniques éjecté par le volcan est moins dense que l'atmosphère et monte par poussée d'Archimède en formant un panache convectif. Les panaches volcaniques peuvent s'élever à plus de 30 kilomètres d'altitude. Ils injectent des cendres et des gaz volcaniques dans la haute atmosphère et modifient ses propriétés d'absorption du rayonnement solaire, entraînant des répercussions climatiques importantes.

Mont Redoubt Alaska, cliché http://www3.sympatico.ca/nanou1/volcan/photos.htm
Mont Redoubt Alaska, cliché sympatico.ca

Éruptions à coulées pyroclastiques

Le mélange éjecté est plus dense que l'atmosphère, et retombe donc sous l'effet de son propre poids. Le mélange est essentiellement gazeux et s'écoule à grande vitesse et à haute température sur les pentes du volcan.

Fontaine de lave

Il s'agit d'une variante des deux types précédents pour les magmas peu visqueux. Un jet de gaz projette des fragments de lave à quelques centaines de mètres d'altitude. Ces fragments sont gros et ne peuvent pas être entraînés à haute altitude par le jet gazeux. Us retombent sur le sol pour former des coulées de lave.

KilauealHawaii, 1984, cliché KrofftlHoa Qui
KilauealHawaii, 1984,
cliché KrofftlHoa Qui

Explosions stromoliennes

Dans un conduit qui reste ouvert, de grosses poches de gaz viennent éclater à la surface de manière intermittente, projetant à faible altitude des fragments de magma.

Coulées à blocs et cendre (« nuées ardentes»)

Les coulées épaisses de lave visqueuse contiennent du gaz sous pression. Elles sont instables, et leur effondrement libère un mélange de gaz, de cendres et de fragments de la carapace solidifiée. Contrairement aux éruptions pliniennes par exemple, ces phénomènes sont brefs et ne durent que quelques minutes.

Mont Augustine, Alaska, 7986, cliché KrafftlHoa Qui
Mont Augustine, Alaska, 1986,
cliché KrafftlHoa Qui

Éruptions phréatiques

Le magma réchauffe l'eau contenue dans les roches encaissantes perméables et la vaporise, faisant exploser la partie superficielle de l'édifice volcanique. Ces explosions peuvent se produire sans éruption de magma à la surface.

Islande, 1973, cliché KrofftlHoa Qui
Islande, 1973,
cliché KrofftlHoa Qui

Coulées de lave

Lorsque le magma est pauvre en éléments volatils, c'est une lave qui sort de la bouche éruptive, c'est-à-dire un liquide avec des bulles de gaz en suspension. La morphologie d'une coulée est variable et l’écoulement dépend de la viscosité et de la formation d9une croûte superficielle. Dans le cas de magmas très visqueux, l'écoulement est lent et la lave s'accumule au voisinage de la bouche éruptive sur de grandes épaisseurs, qui peuvent atteindre plusieurs centaines de mètres. On parle alors d'un dôme de lave.
Une lave fluide, comme un basalte, s'écoule rapidement et peut parcourir plusieurs dizaines de kilomètres à des vitesses de plusieurs kilomètres par heure.

Piton de là Foumaise, 7976, cliché Krafft/Hoa Qui
Piton de la Foumaise, 1976,
cliché Krafft/Hoa Qui


  pastille ogmc  Présentation de l'archipel
pastille ogmc  Naissance de l'archipel
pastille ogmc  L'arc des petites Antilles
pastille ogmc  Origines du volcanisme Antillais
pastille ogmc  Formation de la Basse-Terre
pastille ogmc  Grande-Terre et dépendances
pastille ogmc  Sismicité et volcanisme en Guadeloupe
pastille ogmc  Les richesses du volcanisme
pastille ogmc  Différentes familles de volcan
pastille ogmc  Présentation de la flore
pastille ogmc  flore de la zone intertropicale
pastille ogmc  La flore guadeloupéenne
pastille ogmc  La forêt dense
 
Accueil | Information | Formules | Références | L'archipel | Contacts | Plan du site Design, Laurent Berry ©2003